joomla vector social icons
  • Babacar Diagne, président du Conseil des Entreprises du Sénégal (CDES) : « Nous comptons mettre en place la première banque des TPME »
  • Rencontres-Africa : La belle moisson du Cdes et de la délégation sénégalaise
  • M. Babacar Diagne, président du Conseil des Entreprises du Sénégal (CDES) : « Nous somme en train de travailler pour que la prochaine rencontre en 2019, soit organisée à Dakar »
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • Vision
  • Mot du Président
  • Présentation
  • Devenir membre
  • vidéos
  • Actualités

Le CDES travaille au développement national

  • Nous sommes la locomotive de l’émergence des TPME au Sénégal par nos actions concrètes.

  • Nous voulons être avec vous des porteurs de solidarité pour un avenir plus juste et équitable pour tous.

  • Notre association représente des chefs d’entreprises dans les instances décisionnelles nationales, dans les sous-régions et à l'internationale. 

Nos valeurs sont :

  • Transparence : accessibilité et traçabilité permanentes de l’information sur nos activités.
  • Écoute : nous prenons le temps nécessaire pour comprendre les préoccupations de nos membres, les TPME/PMI sont les principaux utilisateurs de nos services.
  • Rigueur : notre culture d'efficacité se traduit dans la durée car nous cherchons continuellement une amélioration de la qualité des services que nous offrons.

Devenez membre en vous inscrivant sur notre plateforme JOKKO PME ! 

 

------------------------------------------

Contact : (+221) 33 865 25 39

Conseil Des Entreprises du Sénégal


Le CDES est une organisation patronale regroupant des centaines de Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises légalement constituées au Sénégal.

Notre mission se décline en facettes, nous sommes là ensemble est d’abord pour vous informer, vous conseiller, vous former, vous orienter et bien sûr, vous accompagner vers la réussite de vos projets entrepreneuriaux. Notre réseau d'affaires est là pour vous aider à créer de la richesse, saisir des opportunités d'affaires et enfin aussi, pour vous représenter dans les instances décisionnelles de partenariats Public-Privé.

Ensemble, construisons un Sénégal Émergent fort et dynamique dès aujourd'hui.

Nous sommes tous convaincus que le Sénégal Émergent à l'horizon 2035 se fera par le biais d'un tissu fédérateur des Micros, des Petites et Moyennes entreprises. C'est pourquoi le CDES compte sur la participation de ses membres pour mettre en place avec eux, les patrons d'aujourd'hui et de demain, des projets innovants et créateurs d'emplois massifs.

Notre projet phare la MES, la Maison de l'Entreprises du Sénégal pour les TPME s'en vient, nous venons tout juste de lancer au mois de février dernier JOKKO PME pour que nos membres puissent échanger des connaissances, trouver et offrir leurs produits et services. Mais le CDES c'est aussi un endroit pour vous aider dans l'appropriation de connaissances utiles et pratiques pour développer vos compétences et votre réseau d'affaires. Et bientôt ce seront des AfterWork qui vous seront proposés pour créer des opportunités d'affaires. Sans oublier nos nombreuses rencontres économiques B2B organisées régulièrement pour vous.

C'est pour toutes ces raisons que nous sommes assuré que le CDES saura répondre à vos attentes.


Nous vous invitons à joindre notre regroupement pour profiter de nos nombreux avantages.

 

Le Président
Babacar DIAGNE

 

Il est créé à Dakar –(Sénégal) le 19 Avril 2013 sous le numéro de Récépissé: 004503/M.INT/DGAT/DLP/DLA, conformément aux dispositions du Code des obligations Civiles et Commerciales modifié, une association à but non lucratif dénommée : Conseil Des Entreprises du Sénégal (C.D.E.S.)

Le Conseil Des Entreprises du Sénégal (CDES) est une organisation patronale, composée de Micros, Petites et Moyennes entreprises dont l’ambition est d’inscrire l’action patronale dans le sens de la promotion d’une vision centrée sur le développement des services aux bénéfices des entreprises membres.

Dans le souci de répondre aux attentes des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises, et Industries. C'est à la demande sociale pour favoriser l'émergence de notre pays que nous avons jugé utile de nous regrouper autour de ce creuset fédérateur.

Inscrivez-vous sur notre plateforme JOKKO PME

Qui peut devenir membre ?

  • Les TPE, PME, TPI et PMI légalement constituées ;

  • Les membres du secteur informel ayant un numéro de registre de commerce et un NINEA ;

  • Les associations, coopératives, fédérations et organisations privées légalement constituées ayant les mêmes objectifs et missions que les nôtres ;

  • Les membres d’honneur (personnes physiques ou morales) ayant les mêmes objectifs que le CDES ;

Comment devenir membre  ?

Il faut s'acquitter des frais annuels de 60 000 CFA pour avoir droit à nos services.

Inscrivez-vous sur notre plateforme JOKKO PME

Cdes: "sans la bonne gouvernance aucun business ne peut
se mettre en place"

 

Entretien avec Honorable Cheikh Tidiane Traoré
Pdt des confédération des PME et TPE de Guinée.

 

La position du CDES après le CPI

 

Valeurs Sénégalaises & Culte du Travail

 

SenTV - L'essentiel avec Mr. Babacar Diagne Président du CDES

 

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

BabacarDiagne RA2017

En marge des Rencontres Africa 2017 à Abidjan, M. Babacar Diagne, Président du Conseil des Entreprises du Sénégal(CDES), chef de la délégation sénégalaise, a accordé une interview à Business221.com. Selon M. Diagne, ils sont en train de tout faire pour que le Sénégal puisse abriter la prochaine édition des Rencontre Africa en 2019. D’après le chef de la délégation sénégalaise, les Rencontres Africa 2017 leur ont permis de développer un réseautage et beaucoup de relations d’affaire.

Business 221 .com: Qu’est-ce qui justifie la présence du CDES dans les Rencontres Africa 2017 à Abidjan ?

Babacar Diagne : Cette année, le CDES a eu l’opportunité d’être Chef de délégation officielle du Sénégal, ce qui nous a permis de venir représenter le secteur privé national. Alors, c’est dans ce sens-là qu’on est là avec une forte délégation des opérateurs économiques et d’institutions étatiques.

Qu’est-ce qu’une structure comme le CDES peut attendre de telles rencontres ?

Actuellement, nous avons développé un climat de réseautage déjà, des relations d’affaires entre les opérateurs économiques africains et les opérateurs économiques africains avec la France. Nous sommes liés à la France par beaucoup, de choses. Et je pense bien que c’est une opportunité pour l’ensemble des structures à lier des relations partenariales pour développer des gent- venture et pour faciliter aussi de transfert de technologies, des entreprises françaises , des entreprises africaines mais surtout de faire un business gagnant-gagnant, et que tout le monde y voit sa part, raison pour laquelle, cette année, l’Afrique particulièrement la Côte d’Ivoire a eu la chance d’organiser le forum les Rencontres Africa.

Aujourd’hui, on a vu que le stand du Sénégal a été une attraction pour les autorités notamment le vice-président de la Côte d’Ivoire est venu visiter le stand du CDES en même temps, M. Desouza de la CEDEAO. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Cela nous donne plus d’importance, cela prouve que le CDES est entrain de bouger. Le CDES est en train de pénétrer le marché, le secteur privé international. Ça me semble très important pour l’environnement des affaires, c’est très important pour la reconnaissance internationale, c’est très important pour la pérennité des actions du CDES mais tout cela, c’est à cause d’un bon travail qui a été fait.
On ne s’est pas réveillé un beau jour pour avoir toutes ces opportunités-là, c’est un excellent travail qui a été fait. Nous devons continuer dans cette lancée, tisser plus de relations d’affaires entre les partenaires internationaux.

Aujourd’hui, quels sont les problèmes auxquels les PME sénégalaises sont confrontées ?

Les problèmes sont multiples quand même. On a des problèmes de mise à niveau, des problèmes d’encadrement, d’accompagnement
et de financement. Nous pensons qu’il est nécessaire et important de trouver des relations d’échanges avec certains partenaires internationaux.

Après une journée d’activités, quel est le bilan à mi parcours de ces Rencontres Africa 2017 à Abidjan ?
C’est satisfaisant, il y a eu beaucoup de travaux. Le véritable travail qui reste, c’est de faire un important lobbying pour que la prochaine rencontre en 2019, soit organisée à Dakar. Là, on est en train de travailler sur ça pour l’organisation matériel du Forum en 2019. On est déjà en train de porter le combat. On est en train de négocier avec le collectif des organisateurs pour que le Sénégal puisse abriter la 4 ème édition.
Propos recueillis par Massaër DIA (envoyé spécial à Abidjan).